RSS
Ciel des Hommes

Mayak, un phare sur orbite

article de Thibaut Alexandre

paru le 20 juillet 2017

Le 14 juillet, une fusée Soyouz a été lancée depuis Baïkonour, avec à son bord 73 satellites (un record pour cette fusée). Parmi eux, le petit Mayak, qui pourrait devenir le satellite le plus brillant du ciel !

Alors que les satellites Iridium et leurs célèbres flashes vivent leurs derniers mois, un petit satellite russe devrait leur voler la vedette dans les jours à venir. Son nom est Mayak, ce qui en russe signifie « phare ». Mayak n'a l'air de rien de prime abord, puisqu'il s'agit d'un CubeSat 3U d'une masse de seulement 4 kg et de la taille d'un pain. Issu d'un projet universitaire russe dirigé par le MSUME (Moscow State Mechanical Engineering University), ce satellite a pu être construit à l'aide d'un financement participatif de 30 000 dollars. L'un des objectifs de cette mission est de rendre populaire la recherche spatiale en Russie et montrer qu'un projet spatial amateur peut aboutir.

Mayak est un satellite très particulier, car il doit déployer 4 réflecteur triangulaires d'une superficie de 4m² chacun. Ces réflecteurs sont fabriqués avec une membrane métallisée dotée d'un taux de réflectivité de 95%, ce qui devrait permettre au satellite d'atteindre une magnitude de -10 ! C'est-à-dire que ce satellite devrait être plus brillant que l'ISS, la planète Vénus ou bien encore les plus puissants des flashes Iridium, et rivaliser d'éclat avec la Lune en quartier ! Ce serait ainsi le satellite le plus brillant dans le ciel. Et ce n'est pas tout : Mayak sera mis en rotation rapide sur lui-même à raison d'une rotation par seconde : effet stroboscopique garanti ! Voilà donc un objet qui, s'il tient toutes ses promesses, devrait être tout à fait remarquable.

Mayak est située sur une orbite polaire à environ 600 km d'altitude. Ses trajectoires vues du sol seront donc orientées du Nord vers le Sud et inversement. Il survole régulièrement la France, et les calculs de ses passages montrent qu'il est actuellement visible au beau milieu de la nuit. Les observateurs tardifs des prochaines Nuits des Etoiles (28 au 30 juillet) devraient pouvoir se régaler.

Attention : il convient de repérer assez rapidement ce satellite, car étant léger et doté d'une forme particulière, il devrait être rapidement freiné et retomber dans l'atmosphère. Il est ainsi prévu que Mayak ne reste que 27 jours sur orbite.

Le projet Mayak fait enrager bon nombre d'astronomes professionnels, qui craignent pour la préservation de la noirceur du ciel. Mais au-delà d'être un phare céleste, Mayak vise également plusieurs objectifs scientifiques : effectuer des tests en temps réel d'un système de freinage aérodynamique pouvant être utilisé pour désorbiter de futurs débris spatiaux en toute sécurité sans avoir besoin de moteur, et collecter de nouvelles données sur la densité atmosphérique à haute altitude et l'utiliser comme base pour les calculs de magnitude des objets spatiaux.

Si vous réussissez à le voir ou à le photographier, n'hésitez pas à partager votre expérience sur notre page facebook.

 

précédent
article précédent
Crop-circle de Crézancy : énigme céréalière dans le Berry
suivant
article suivant
Eclipse : L'Europe de l'Ouest aura sa part
dictionnaire de l'astronomie

Atmosphère

Ciel

Ciel

Etoile

Etoile

Magnitude

Magnitude

Planète

Satellite

Satellite

Vénus

© Ciel des Hommes 2001-2017 | mentions légales | liens | fil RSS | plan du site | newsletter | nous contacter