RSS
Ciel des Hommes

Pluie exceptionnelle d'étoiles filantes cette nuit ?

traduction de Didier Jamet

paru le 23 mai 2014

Cette nuit, notre planète va traverser un champ de débris laissé dans son sillage par la comète 209P/LINEAR à l'orée du 19e siècle. Faut-il s'attendre à un déluge d'étoiles filantes ?

La plupart du temps, Bill Cooke, qui dirige un service de la NASA étudiant l'environnement météoritique de notre planète, laisse ses appareils photos automatiques scruter le ciel pour lui. Il gère en effet avec son équipe un réseau d'observatoires automatiques de bolides qui enregistre la trace de tout ce qui se consume dans l'atmosphère au dessus des Etats-Unis.

Mais dans la nuit du 23 au 24 mai, il regardera le ciel de ses propres yeux : « Nous pourrions assister à une toute nouvelle pluie d'étoiles filantes, et je veux voir ça en direct. »

Ces étoiles filantes très attendues s'appellent les Camelopardalides. Elles sont dues à la poussière laissée dans son sillage par la comète périodique 209P/LINEAR. Personne ne les a encore jamais vues, mais cette année, les choses pourraient être nettement différentes.

« Certains prévisionnistes parlent de plus de 200 étoiles filantes par heure » confirme Cooke.

La comète 209P/LINEAR a été découverte en février 2004 par le projet Lincoln Near-Earth Asteroid Research (d'où son nom de LINEAR), un programme conjoint de la NASA, du laboratoire Lincoln du MIT et de l'armée de l'air des Etats-Unis. C'est une comète très discrète qui s'aventure en deçà de l'orbite terrestre une fois tous les 5 ans.

Il y a deux ans de cela, les experts en prévisions météoritiques Esko Lyytinen, de Finlande, et Peter Jenniskens du Centre de Recherche Ames de la NASA, ont annoncé que la Terre allait couper la trajectoire de débris de la comète 209P/LINEAR le 24 mai 2014. Ces veines de poussière ont été majoritairement éjectées par la comète au tournant des 18e et 19e siècle. On pouvait donc s'attendre à un spectacle tout à fait hors du commun.

La plupart des autres experts ont plus ou moins confirmé ces dires. Le consensus est aujourd'hui de dire que la Terre passera indiscutablement dans ces veines de poussières dans la nuit du 23 au 24 mai, mais personne ne sait exactement quelle quantité de débris notre atmosphère va balayer. Tout dépend bien sûr de ce qu'était le niveau d'activité de la comète lorsqu'elle a relâché ces poussières dans les années 1800. Et comme elle n'a été découverte qu'en 2004, personne n'en sait rien. « Cela pourrait être une pluie exceptionnelle, ou un fiasco complet » résume Cooke.

Quoi qu'il en soit, le pic est attendu entre 8 et 10h du matin heure de Paris. Bien sûr à cette heure là et en cette saison, il fera jour en Europe, et il faudrait vraiment des bolides d'une intensité exceptionnelle pour qu'ils soient visibles en plein jour. En revanche en Amérique du Nord, cela tombera en pleine nuit, avec un radiant bien haut dans le ciel.

« Nous nous attendons à ce que ces étoiles filantes semblent émaner d'un point situé dans la constellation de la Girafe, Camelopardalis en latin, d'où leur nom. C'est une constellation peu brillante située non loin de l'étoile polaire » poursuit Cooke. « Mais elle sera levée toute la nuit. »

Veiller pour tenter d'apercevoir la pluie d'étoiles filantes pourrait être une bonne idée. Comme cet essaim est encore très mal connu, de bonnes surprises sont possibles. Et des pics inattendus pourraient avoir lieu bien avant le créneau prévu par les experts, et donc visibles depuis l'Europe.

Quoi qu'il en soit, si la pluie d'étoiles filantes s'avère décevante, vous aurez toujours un lot de consolation. Le 24 mai, le croissant de Lune et Vénus seront déjà très proches, un avant goût de leur conjonction du lendemain matin. Vous ne pourrez pas les manquer juste avant l'aube, au-dessus de l'horizon Est.

« Qu'il y ait des étoiles filantes ou pas, ça restera une belle façon de commencer la journée » conclut Cooke.

Alors, fiasco ou spectacle exceptionnel ? Venez en discuter et faire part de vos témoignages sur notre page Facebook !

 

précédent
article précédent
Un océan détecté sous la glace d'Encelade
suivant
article suivant
L'art de tomber avec panache sur une comète

Version française de Science@NASA
Auteur original : Docteur Tony Phillips
Crédit : NASA Science

Avons nous une chance d'assister à un véritable déluge d'étoiles filantes ? Les experts sont partagés.
Crédit : Xiang Zhan

 

La comète 209/P LINEAR, dont sont issues les poussières que nous rencontrerons cette nuit. Impossible de savoir quel était son niveau d'activité au 19e siècle, la comète n'ayant été découverte qu'en 2004
Crédit : NASA

 

Modélisation du champ de débris que la Terre traversera cette nuit.
Crédit : Science@NASA

 

Notre meilleure chance en Europe : de très brillants bolides en fin de nuit, donc samedi matin très tôt.
Crédit : Science@NASA

 

dictionnaire de l'astronomie

Atmosphère

Bolide

Bolide

Ciel

Ciel

Planète

Radiant

Radiant

Vénus

© Ciel des Hommes 2001-2017 | mentions légales | liens | fil RSS | plan du site | newsletter | nous contacter